PHOTOGRAPHES
Eugenio Recuenco
PORTRAIT

Eugenio Recuenco est né en 1970 à Madrid. Véritable monstre de la mise en scène, il invite un spectateur aventureux à découvrir un monde mystérieux aux décors futuristes et oniriques. Influencé par les grands maîtres de la peinture classique espagnole tels Goya, El Greco ou encore Zurbarán, Eugenio transfigure également le répertoire du cinéma avec des films de Kubrick, voire même des légendes et des contes de fées. Il s’est notamment fait connaître par ses films publicitaires pour Loewe, Chivas et Nina Ricci, qui lui ont apporté de nombreux prix et une reconnaissance mondiale. En 2005, sa photo pour la Playstation reçoit un Lion d’or à Cannes. En 2007, il collabore au prestigieux calendrier Lavazza en mettant en scène un Don Quichotte halluciné. Eugenio Recuenco est considéré comme l’un des photographes les plus créatifs d’Espagne, pour ne pas dire du monde, et ce titre n’est pas usurpé. 

INTERVIEW EXCLUSIVE NORMAL - ETE 2014


- Ton approche de la photographie de mode est-elle la même que celle de tes travaux plus personnels ?
Absolument. Même si une photo a un caractère commercial, j’ai envie de sen- tir un concept derrière que je pourrais alors développer, et faire jouer ma créativité au maximum.


- Que t’es-tu acheté avec ton premier gros chèque ?
La liberté de ne plus faire n’importe quel travail !


- Donc tu es davantage un créateur ?
J’aime la photographie, évidement, mais je viens de l’univers de la peinture. Finalement le plus important pour moi est de créer des images. J’ai également fait de la direction artistique pour l’opéra, des films, et l’architecture est un sujet qui m’intéresse beaucoup.


- Tes passions ?
Faire des choses, créer, et en fin de journée, avoir une idée concrète de ce que j’ai réussi à faire et à construire. C’est très important pour moi de pouvoir voir et sentir ce que je façonne. La créativité et l’abstraction sont assez compliquées pour moi, même si le concept et les idées sont très importants dans mes photos voire quasi indispensables. Mais une idée abstraite doit être vue dans un moment unique et non comme une chose matérielle aussi esthétique qu’elle puisse être.


- Dieu a créé l’univers, et toi, qu’aurais-tu créé ?
La femme.


- Combien de temps mets-tu à réaliser une photographie ?
Ça dépend surtout du concept et du lieu, de la localisation de la photo, si je fais de la photo dans un lieu déjà existant, ou s’il faut réaliser le décor en commençant par les murs et finir avec les accessoires. Beaucoup de lieux sont photogéniques, sont faits pour réaliser des photos. Quelques fois je trouve les emplacements pour mes photos mais dès que je souhaite créer un scénario, une histoire, j’ai besoin de tout construire moi-même. Car les images qui naissent de mon imagination et que je souhaite reproduire ne peuvent pas coller avec des endroits réels.


 
 
- Retrouvez la suite de cet entretien en consultant Normal Numéro 3 -
 

© 2016 Incarnatio Editions. Tous droits réservés