PHOTOGRAPHES
Nicolas Guerin
PORTRAIT

A la rédaction, nous avons toujours entendu parler de Nicolas Guérin et nous avions rencontré sa muse et épouse Sheri Chiu lors d’un shooting avec Martial Lenoir. Nous les avons donc contactés pour le numéro 6 de Normal consacré à Paris, qui semblait plus propice pour présenter son travail, aussi vaste que singulier. Spontanément et après quelques échanges de mails, Nicolas nous a proposé de réaliser une série sur les quais de Seine, ce à quoi nous avons répondu oui sans hésiter.

Tranquillité oblige le duo nous donne rendez-vous sur l’île de la Cité au petit matin, quelques minutes après le lever du jour. On s’est donc promené sur l’île, arpentant les quais et les ruelles, vigilants et attentifs aux moindres gyrophares au lointain, salués chaleureusement par les quelques passants appréciant la vue et le paysage, au plus grand plaisir de notre modèle. Nicolas partage maintenant son temps entre les portraits, la mode, et ses projets personnels, notamment en nu. Il travaille à partir de son atelier à Saint-Denis, se déplace constamment et collabore avec des revues internationales de prestige. Nicolas produit actuellement une série de projets de nus érotiques et continue de parcourir le monde pour créer des images.

INTERVIEW EXCLUSIVE NORMAL - AUTOMNE 2015

Quel regard portes-tu sur la photographie ?

Je regarde la photographie comme un homme qui se noie regarderait une bouée de sauvetage parfois, ou comme un alcoolique regarderait une bouteille vide ! La photographie est partout dans ma vie, tout le temps, que je travaille dessus ou non. Je voyage par et pour la photographie, le plus souvent avec ma femme, Sheri, qui pose pour moi. J’ai donc un rapport intime et quotidien avec l’acte photographique, qui m’est indispensable… Et je ne sais vraiment rien faire d’autre ! J’ai commencé la photographie à 30 ans, en autodidacte. J’avais besoin de changer de vie, la photographie m’a sauvé de l’ennui. Très jeune j’avais été marqué par la découverte de Helmut Newton, Irving Penn et Guy Bourdin grâce aux couvertures de Photo magazine. J’avais 15 ans, je ne connaissais rien, mais je sentais bien que leurs gestes créatifs étaient forts et un peu sulfureux. Il y avait un parfum de liberté et de transgression. Quand j’ai eu besoin de liberté je suis allé vers la photographie.

Quels sont les aspects qui te fascinent encore et ceux qui t’agacent ?
Ce qui m’agace, je l’exclus de ma vie autant que possible… Ce qui me fascine encore et toujours, c’est la rencontre avec le sujet, le modèle, et la question de distance, évacuée et remplacée progressivement au cours de la séance. C’est une relation d’acceptation, un miroir aussi. C’est passionnant de regarder l’évolution de son propre travail au cours du temps. Pourquoi je photographiais comme ça il y a 10 ans et comment j’en suis arrivé à photographier différemment aujourd’hui ? Quels sont les motifs qui se répètent et où sont les libertés gagnées ? Le basculement vers un type d’image plus intime et plus érotique s’est fait lors de ma rencontre avec ma femme, Sheri. La question de la distance est évacuée, et remplacer par celle du regard, de l’imagination. Avoir comme sujet sur plusieurs années le même modèle oblige à ne pas tourner en rond, à expérimenter davantage. Photographier Sheri de façon régulière interroge notre relation, et je suis le premier témoin de son évolution. Depuis quelques temps la nature de nos collaborations a changé, elle est entièrement associée au processus créatif, on s‘échange des images d’inspiration, on fait des repérages ensemble lorsque l’on shoote dehors et on édite les images ensemble… C’est une nouvelle façon de travailler, plus gratifiante pour nous deux, et une façon de vivre la photo dans le couple.

Ce qui te comble de bonheur ?
Ce moment imprévisible que l’on pourrait nommer la grâce. Quand les éléments aléatoires s’alignent et que tout s’illumine d’évidence, ça ne dure en général pas longtemps et il faut savoir en tirer parti au maximum… 

Un lieu pour boire un verre ?





 
- Retrouvez la suite de cet entretien en consultant Normal Normal 6 -
 

© 2016 Incarnatio Editions. Tous droits réservés