logo de Normal Magazine

ALBERT WATSON

PORTRAIT

On ne présente plus Albert Watson, l'un des plus grands photographes actuels, célèbre pour ses portraits, ses campagnes publicitaires et surtout l'influence majeure qu'il exerce dans le monde de la photographie, du cinéma et de la mode. L'Ecossais sort diplômé en cinéma du Royal College of Art de Londres, puis s'installe à Los Angeles en 1970. L'approche unique et singulière de Watson attire l'attention des grands magazines de mode. Il prend un portrait emblématique d'Alfred Hitchcock avec une oie morte, en 1973, et trois ans plus tard, il décroche son premier emploi pour Vogue. Il s'installe ensuite à New York, où sa carrière décolle. Depuis, Watson est exposé dans des galeries et des musées du monde entier, et ses tirages font partie des collections les plus prestigieuses (National Portrait Gallery, Metropolitan Museum of Art, The Getty Museum, The Smithsonian, etc.).

En 2007, une de ses impressions grand format de Kate Moss s'est vendue 108 000 $ chez Christie's à Londres. Il a remporté de nombreuses distinctions, dont un Ordre de l'Empire britannique (OBE) de la reine Elizabeth II, un Lifetime Achievement Award de la Royal Photographic Society et même un Grammy. Watson photographie dans un style graphiquement fort, les icônes de la mode, du rock, du cinéma et du monde entier, tout en se concentrant également sur ses projets artistiques personnels.

Sa première grande exposition en galerie, en 1979, présentait des photographies qu'il avait prises au Calgary Stampede au Canada, l'un des plus grands rodéos au monde. Il a photographié plus de 100 couvertures pour Vogue, 40 pour Rolling Stone et des dizaines de couvertures d'albums célèbres pour des artistes tels que David Bowie, Michael Jackson, Diana Ross et Jay-Z. Il a créé les photographies utilisées dans les grandes campagnes publicitaires pour des entreprises telles que Prada, Chanel et Levi's, et a photographié des dizaines d'affiches de films hollywoodiens, dont "Kill Bill" et "Mémoires d'une geisha".

Le premier shooting de Watson pour Vogue remonte à 1976 et le plus récent remonte à l'automne dernier, une période de 46 ans, la plus longue durée de tous les photographes travaillant pour Condé Nast. Mais surtout, la singularité des photographies de Watson réside dans sa grande diversité. Il s'est imposé comme l'un des photographes les plus titrés et les plus prolifiques au monde. Portraits, beauté, mode, nus, natures mortes, paysages, projets au Maroc et en Chine, séries avec un singe, ou sur une dominatrice à Las Vegas, montagnes sur l'île de Skye en Ecosse, une série d'artefacts des missions lunaires Apollo et la tombe du roi Tut….une diversité qui reste inégalée.

Les images de Watson ne sont pas seulement visuellement époustouflantes, elles transmettent une grande passion pour l'éclairage et l'expertise technique, qu'il maîtrise avec brio de la prise de vue à l'impression. Watson réalise toujours chacun de ses tirages lui-même dans son atelier, comme il le fait depuis les années 1960. Bientôt 80 ans, Watson vit et travaille toujours à New York, à Manhattan. Il continue de filmer, d'enseigner, de créer. Il consacre une grande partie de son temps à la gravure et à la préparation d'expositions dans des galeries et des musées. Son atelier abrite ses archives, sous forme de millions de tirages et de négatifs, témoignage exceptionnel du parcours du photographe, et de plus de 50 ans de photographie. Pour plus d'informations sur les tirages d'art d'Albert Watson, contactez A. Galerie, 4 rue Léonce Reynaud, 75116 Paris.

albert-watson.jpg
  • Facebook - Black Circle
  • Instagram - Black Circle