logo de Normal Magazine

LUKAS DVORAK

PORTRAIT

Lukas est un tout jeune photographe tchèque né à Prague en 1982. Il privilégie le noir et blanc, qu’il contraste avec un talent inné. Ses photos sont caractérisées par une intense émotivité et une décharge sensuelle et érotique. Le choix du lieu a pour lui autant d’importance que le choix du modèle. Chez lui les noirs et blancs sont plus charismatiques que les images elles-mêmes. Ils sont de meilleurs narrateurs. Avec Lukas, pas de studio. Dans ses créations la nature environnante est la meilleure des révélatrices et des inspiratrices. Nul ne peut vêtir mieux que la nature, et c’est pour cela que le corps féminin doit être révélé de la même façon, sans artifice, comme un clin d’oeil à la femme origine, un retour sur la naissance de Vénus. Lukas a été publié dans de nombreux magazines de mode, tels Harper’s Bazaar, Women, Vanity Fair... 

INTERVIEW EXCLUSIVE

- Quel est le style Lukas Dvorak ?
Mon style est très simple. Je ne recherche pas l’originalité mais je tente, j’essaye de rendre les modèles les plus belles possible. Et pour ce faire, je recherche des modèles différents des règles de la photographie. Elles doivent avoir une histoire vivante, une beauté cachée et une force singulière.
 
- Qu’est ce qui t’influence ?
Je suis une personne plutôt complexe. Donc d’un côté j’ai ma vie professionnelle en tant que photographe, et de l’autre j’ai une vie personnelle. Il y a deux mondes différents. L’art, la littérature, la musique ou le cinéma n’ont pas d’incidences, ou d’influences sur mes qualités de photographe. Ce que j’aime c’est la science-fiction, la musique rock voire carrément le punk et l’art dérivé du punk. Et dans aucune de mes photos vous ne trouverez quelque chose qui soit en opposition avec ça. La photographie est peut être ce que je suis, au fond de moi, tandis que la musique et l’art sont ceux que je suis oniriquement.
 
- La partie du corps féminin que tu préfères photographier ?
Je suis plus quelqu’un de visage, de tête parce que c’est la partie où il y a le plus de beauté, le plus proche des lèvres, selon moi. Les lèvres sont des parties charnelles magiques. Elles peuvent faire un tas de choses, répondre du monde. Et elles sont tellement sexy quand elles bougent.
- Retrouvez la suite de Lukas Dvorak dans Normal Magazine n°2 -
  • Facebook - Black Circle
  • Instagram - Black Circle