logo de Normal Magazine

STEVEN LYON

PORTRAIT

La carrière de Steven Lyon est forgée par l'objectif d’Andy Warhol sur Sunset Boulevard en 1982. Pendant plus de trois décennies, Steven a conçu un héritage créatif à la fois devant et derrière l’objectif. Considéré comme l'un des plus grands top-modèles masculins au monde dans les années 1980, Steven Lyon prête son physique aux plus grands designers : Versace, Claude Montana, Jean Paul Gaultier, Cerruti … et aux photographes les plus emblématiques : Paolo Roversi, Mario Testino, ou encore Guy Bourdin. En 1989 et 1991, Victor Skrebneski lui rend hommage avec l’affiche controversée du Chicago Film Festival, le représentant nu au côté de Deborah Harris. Après des années à Paris, il quitte l’industrie en 1993. Cinq ans plus tard, il vend sa maison de Los Angeles et emménage à Paris, décidé à revenir dans l’univers de la mode, mais cette fois-ci, de l’autre côté de l’appareil. Inspiré du cinéma et des photographes comme Helmut Newton, Peter Lindberg, et Herb Ritz, Steven se trouve un style et une signature singuliers : un grain excessivement contrasté, souvent mis en valeur par le Noir & Blanc. Lors d'un voyage en Namibie avec la top-modèle Lara Stone, il tombe amoureux de l'Afrique et de ses habitants. Il multiplie alors les safaris au Kenya, en Tanzanie et en Afrique du Sud, se découvrant une passion pour la photographie animalière. Il y tournera « Something That Matters », un documentaire cru dénonçant le braconnage et la corruption menaçant d'extinction l'ensemble de l’espèce des rhinocéros. Le film aborde un grand nombre des atrocités commises par l'homme sur la faune africaine. En 2013, il fonde « Lyonheartlove » un organisme sans but lucratif destiné à sensibiliser les gens sur les horreurs du braconnage, et sur les joies de la conservation de la vie sauvage. Steven Lyon vit désormais entre New York et Paris et se consacre à son organisation, ses projets cinématographiques et son amour pour la photographie.

INTERVIEW EXCLUSIVE

Le style Lyon, en 5 mots ?
Je suis un conteur. Brut, sensuel, cinématographique et toujours évocateur.
 
Ta carrière de mannequin a commencé avec une photo de toi prise par Andy Warhol?
C’est ce qu’on raconte, en effet ... Je n’étais pas encore modèle, je résidais déjà à Los Angeles. Un homme est venu vers moi et m’a dit que je ressemblais à quelqu'un Andy aimerait rencontrer, m’exhortant à être à l’hôtel Mondrian pour 20 heures afin de le rencontrer. À cette époque, Je ne savais pas qui c’était et mon beau père m’a alors dit que j ‘étais fou si je n’y allais pas. J’ai donc suivi son conseil. Il a ouvert la porte et m’a dit : « vous êtes vraiment, vraiment très beau ». Le lendemain matin, il m'a photographié à côté de la piscine en sous-vêtements. (Rires). Après ce shooting, Andy Warhol m’a invité à sa "Factory" à New York. Je n’y suis jamais allé. Ce n’était pas mon monde. J’ai beau regarder en arrière, j’imagine toujours à quel point ça a dû être amusant, New York à cette époque là, le Studio 54 …. Le mannequinat s’est présenté à moi à Paris. C’était là que je devais aller. Et je me suis bien marré, oh oui ! Je n’aurais jamais survécu au NYC de cette époque (Rires).
 
As-tu gardé la photo ?
La photo a été publiée dans le magazine Interview. Je ne l'ai pas ! Mais j’ai demandé aux Archivistes de Warhol de la trouver pour moi !
 
Que retiens-tu surtout de ta carrière en tant que modèle à Paris ?
Avant tout et surtout, c’était extraordinairement amusant ! Mais plus important encore, ça m'a montré le monde. Je me suis fait des amis, de vrais amis, et j’ai ouvert ma porte à un monde nouveau et opulent. J’ai vécu à Paris la plus grande partie de ma carrière de mannequin et durant la plupart de mon métier de photographe aussi. Lorsque je suis devenu photographe, je savais que Paris serait l'endroit où j’allais trouver ma voie. Ca fait 20 ans que j’ai un appartement à Paris et j’aurai toujours un pied à terre là-bas. Paris abrite de très bons souvenirs et j’y ai rencontré mes amis les plus proches et les relations les plus fidèles.
- Retrouvez la suite de Steven Lyon dans Normal Magazine n°1 et n°10 -
  • Facebook - Black Circle
  • Instagram - Black Circle